• Bertrand Arbogast à la biennale de Châteaudun le 17 nov 2019

    Bertrand Arbogast est journaliste retraité à Saint-Denis-les-Ponts en Eure-et-Loir. Il a écrit quatre romans publiés chez l’Harmattan. Le premier était une randonnée initiatique (Lancelot et le Vieux), le second évoquait un amour interdit entre deux adolescents (un garçon allemand et une fille française) pendant la guerre 39-45 (La Tondue), le troisième s’intéressait à l‘intégration d’un jeune arabe dans un village très conservateur (Ethnographie d’un village si ordinaire), le quatrième évoquait un poilu de la Grande Guerre à travers ses carnets mais restait une fiction (Florent l’Artiflot).

     

    Son nouveau roman sorti en juin 2019 est son premier polar publié, il se passe sur les toits. « Pendant des travaux chez moi, je discutais souvent avec le couvreur qui me racontait la vie du village perçue du haut de son toit. Il voyait et entendait énormément de choses, il rentrait même dans la vie privée de certains citoyens. Cela m’a donné l’idée d’écrire un roman policier se déroulant en partie sur les toits. Les deux personnages principaux deviendront récurrents avec de nouvelles aventures à chaque fois dans un département différent, la prochaine aventure se passe à Mamers dans la Sarthe » explique l’auteur.

     

     

    Synopsis.

    Gauthier Toussaint arrive à Mortagne-au-Perche pour refaire le toit d’un restaurant sur la place principale de la commune. De son toit il aperçoit, un matin au fond d’une ruelle, le corps d’une femme en rouge. Le temps qu’il descende de son échafaudage, qu’il traverse la place et court dans la ruelle, le corps a disparu. Il ne sait pas quoi faire et n’ose pas prévenir la gendarmerie par crainte de ne pas être cru. Adrien, un jeune homme désœuvré, l’observe de sa fenêtre, ils entrent en contact et sympathisent. Gautier l’embauche sur ce chantier. Ils vont découvrir par hasard le corps de la femme en rouge et vont se transformer en enquêteurs. Vont entrer en jeu un professeur de philosophie passionné par Alain, un couple de deux femmes bibliothécaires, un libraire transformiste, une correspondante de presse peintre… Gautier qui vient de perdre son fils, devenu islamiste sans qu’il le sache, oublie un peu son deuil à travers cette enquête et l’amitié que lui porte Adrien. Les deux hommes vont découvrir les dessous de la province et comprendre qu’il n’y a pas qu’à Paris qu’ils se passe de vilaines choses. L’artisanat reste important dans le livre et deux architectes sont aussi de la partie. Gautier et Adrien réussiront à élucider ce crime et se donneront rendez-vous pour un nouveau chantier dans la Sarthe avec à la clé peut-être une nouvelle enquête.